Les Maîtres Sonneurs

Les Maitres Sonneurs

 

George Sand ne pouvait qu’être inspirée par les Maîtres Sonneurs, joueurs de cornemuses reconnus par leurs pairs qui constituaient au 19éme siècle, une confrérie avec ses rites initiatiques et ses lois. Appréciés pour la qualité de leur jeu, ils étaient par ailleurs craints pour les rumeurs qui les entouraient: « n'auraient-ils pas pactisé avec le diable pour si bien maîtriser la musique? ». En France, jusqu’à la fin de l’ancien régime, la pratique musicale connaissait ainsi une organisation très hiérarchisée avec un "Roi des ménétriers" à Paris, des lieutenants en province et des maîtres-musiciens, souvent jaloux des droits qu'on leur attribuait, par paroisse.

 

 

Maitres sonneur du 21ème siècle
Maitres sonneur du 21ème siècle

La cornemuse

 

"Brulette était affolée de savoir ce qu'était ce paquet et Joseph nous fit voir une musette si grande, si grosse, si belle, que c'était de vrai, une chose merveilleuse et telle que je n'avais jamais vue. Elle avait double bourdon, l'un desquels ajusté de bout en bout, était long de de cinq pieds, et tout le bois de l'instrument était de cerisier noir,

crevait les yeux par la qualié d'enjolivures de plomb, luisant comme de l'argent fin, qui s'incrustaient sur toutes les jointures. Le sac à vent était une belle peau, chaussée d'une taie d'indienne rayée bleu et blanc; et tout le travail était agencé d'une mode si savante, qu'il ne fallait que bouffer bien petitement pour enfler le tout et envoyer un son pareil à un tonnerre" 5ème veillée